CRS, la radio qui m’intéresse !

« CRS, la radio qui m’intéresse ! », c’est l’émission dans laquelle les élèves de troisième répondent aux questions des autres élèves du collège. Mais attention, pas n’importe quelles questions ! Des questions sur la Contraception, la Reproduction, la Sexualité. De l’analyse du sujet à l’enregistrement, chaque classe de troisième peut ainsi expérimenter la webradio.

Point de départ : la boîte à questions

Pendant 15 -21 jours, une « boîte à questions », disponible dans le hall du collège, permet de recueillir les questions de tous les élèves. Quelques unes sont aussi inspirées des demandes qui reviennent fréquemment en cours. La règle est simple : pour recevoir une réponse, les thématiques doivent être liées aux programmes scolaires (SVT, parcours santé, parcours citoyen, éducation à la sexualité).

Au fil de l’année scolaire, les classes de troisième sont sollicitées à tour de rôle. Les questions, validées par les professeurs, sont réparties entre les élèves par tirage au sort.

De l’analyse des questions à l’enregistrement

Cinq à six séances sont nécessaires pour qu’une question trouve sa réponse en format radio.

  • Séances 1 et 2 : analyse et délimitation du sujet, questions en lien, définitions des termes scientifiques, recherches encadrées, rédaction d’une réponse synthétique. La professeure de SVT, la professeure documentaliste sont systématiquement présentes, ainsi que l’infirmière scolaire chaque fois que possible.
  • Séance 3 : reformulation et oralisation du texte, la réponse doit être compréhensible, même pour un élève de sixième, et vivante afin de ne pas endormir les futurs auditeurs. Sur ces trois premières séances, les professeurs ayant habituellement la classe sont aussi présents.
  • Séance 4 : fin de l’oralisation avec les professeurs de lettres, organisation entre les binômes pour trouver comment articuler les différentes questions (3 à 5 par émission, 3 à 4 émissions par classe), mise en propre. Les élèves les plus avancés – ou qui étaient absents aux séances précédentes - rédigent le début, la fin de l’émission et les moments où ils doivent distribuer la parole. Certains groupes commencent à répéter leur texte.
  • Séances 5 et 6 : jour de l’enregistrement, deux heures consécutives. Le groupe le plus avancé passe en premier au CDI avec la professeure documentaliste. Les autres élèves revoient leur texte, leur organisation et s’entraînent à l’oral avec les professeurs de SVT et d’EPS.
    Le "studio radio" mobile installé au CDI pour l’occasion

Compétences travaillées

La réalisation d’une émission de webradio fait travailler de nombreuses compétences transversales, notamment d’Éducation aux Médias et à l’Information, dans un contexte motivant :

  • La recherche d’information au sein de sites web (mots clés, fiabilité des sources), d’ouvrages documentaires, de manuels scolaires.
  • Le traitement de l’information : que retenir, dans quel ordre, comment synthétiser et reformuler pour éviter les termes trop compliqués (prise en compte des destinataires : les autres élèves du collège).
  • La pratique de l’oral mais aussi de l’écrit car, contrairement à ce que l’on pense parfois, il est très difficile d’improviser en direct. En radio, la plupart des journalistes rédigent leur « papier ». S’exprimer de façon maîtrisée dans un micro avec retour sonore dans le casque peut aussi déstabiliser.
  • La capacité à travailler en groupe, coopérer voire fédérer en vue d’un objectif commun, l’enregistrement de l’émission dans les conditions du direct.

Plus spécifiquement, le projet « CRS, la radio qui m’intéresse ! », de part ses thématiques liées à la reproduction, à la sexualité et à la contraception, s’inscrit dans le parcours santé et le parcours citoyen des élèves. Il mobilise des éléments du programme de Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), de la sixième à la troisième.

Bilan à mi parcours

La majorité des élèves s’impliquent avec sérieux dès la phase de recherche et, bien que le temps soit compté, on note de réels progrès entre les premières répétitions et l’enregistrement. La thématique, et le fait que le projet soit prévu de longue date aident sans doute (il n’avait pu se réaliser l’année précédente du fait de la situation sanitaire).

Les professeurs félicitent les élèves qui ont su dépasser leur timidité !

Les émissions sont mises à disposition dans l’ENT pour les élèves à partir de la cinquième. En sixième, certaines sont présentées en classe avec les explications complémentaires de la professeure de SVT.