4ème : Les réseaux sociaux et la liberté d’expression

Lors d’une séance mêlant Enseignement Moral et Civique (EMC) et Éducation aux Médias et à l’Information (EMI), trois classes de 4e ont eu à rédiger un texte portant sur les réseaux sociaux et la liberté d’expression. L’occasion de se pencher sur les avantages et inconvénients de ces plateformes.

Un travail de synthèse

Ce travail a été mené en EMC après une séquence portant sur la liberté d’expression et ses limites, en particulier dans notre pays.

Les élèves ont travaillé en binômes en salle informatique. Dans un premier temps, ils ont consulté plusieurs documents portant sur des faits d’actualité, voire historiques, pour lesquels les réseaux sociaux ont joué un rôle important.

A l’issue de ce travail, en s’appuyant sur leurs prises de notes, leurs connaissances et des recherches complémentaires si nécessaire, les élèves ont rédigé un texte de synthèse. Il s’agissait de faire le point sur le rôle joué par les réseaux sociaux dans la circulation de l’information.

Voici les meilleures rédactions illustrées par quelques extraits

Ulysse et Dionisie

En mai 2021, le nombre d’utilisateurs actifs sur les réseaux sociaux s’élève à 4,3 milliards de personnes, soit 55,1 % de la population mondiale. Sur ces réseaux sociaux, les internautes ont le pouvoir d’exprimer leurs idées et leurs opinions librement mais en respectant les autres et la loi (l’appel à la haine et la diffamation sont en effet punis par la loi), ce pouvoir s’appelle la liberté d’expression.

Elisa et Amandine

Les réseaux sociaux peuvent exercer une influence positive sur la parole. Ils ont par exemple permis l’organisation d’une marche pour le climat en mars 2019. Des associations qui luttent contre le réchauffement climatique et la pollution ont rassemblé de nombreuses personnes grâce à Facebook, sans imprimer aucun tract. Il y a également Tarana Burke qui, en 2006, lance une campagne de soutien aux victimes d’agressions sexuelles avec le #Metoo. [...] Enfin, prenons pour exemple le cas des printemps arabes où la population tunisienne a réussi à renverser le régime dictatorial de Ben Ali pour lutter contre la pauvreté et le chômage.

Julie et Lya

Malheureusement, les réseaux sociaux n’ont pas que des aspects positifs. En effet, des messages de haine anonymes sont postés sur réseaux sociaux. Les haters divulguent des propos diffamatoires envers des communautés telles que les communautés noires ou religieuses. Il existe aussi beaucoup de harcèlement sur les réseaux. Certaines personnes font des photomontages, d’autres postent des photos sans l’accord des personnes concernées. D’autres encore se font passer pour des personnes qu’elles ne sont pas. C’est le cas de la ligue du LOL qui a fait souffrir de nombreuses femmes. [...] Enfin, toutes les informations que l’on trouve sur internet ne sont pas toujours vraies.
Les réseaux sociaux ont des aspects positifs et négatifs. Ce ne sont pas les réseaux en tant que tels qui sont mauvais mais ce que les personnes malintentionnées en font.

Rania et Anaïs

Pour conclure, internet ainsi que les réseaux sociaux peuvent avoir des influences positives tout comme négatives. La liberté d’expression est essentielle mais il faut toujours savoir qu’elle s’arrête là où commence la liberté d’autrui. Il faudrait mettre en place une autorité et des mesures plus efficaces pour bloquer les comptes ou messages des personnes qui diffusent cette haine.


Compétences travaillées

Socle Commun : Les langages pour penser et communiquer
• Lecture : Analyser et comprendre un document
• Expression écrite, maîtrise de la langue : Écrire pour structurer, argumenter, communiquer

EMC
• Être capable de coopérer
• Liberté d’expression et non-discrimination

EMI : Utiliser les médias de manière responsable :
• Pouvoir se référer aux règles de base du droit d’expression et de publication en particulier sur les réseaux
• Se questionner sur les enjeux démocratiques liés à la production participative d’informations

© Photo du logo pour l’article : Tracy Le Blanc via Pexels